Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Angie583
  • Poème, lecture et écriture, voyage, ballade, cuisine,
  • Poème, lecture et écriture, voyage, ballade, cuisine,

De l'obscurité à la lumière de Gabrièla

'Un livre si nécessaire à notre époque! Ceux qui se trouvent dans les ténèbres spirituelles, et qui ne comprennent pas ce qui leur arrive seront éclairés.' - Pasteur Christian Grandmaire (bibledoc.com). 'Un témoignage poignant de délivrance, qui confirme la possibilité d'un changement, pour vivre une vie heureuse et épanouie'- Pasteur Daniel Houmard. 'Le récit de la vie d'une jeune fille qui est passée d'un avant sombre à un après pleins de promesses' A.H http://www.editionsoasis.com/Gabriela-cbhaaaaab.asp

Langues

drapeau-anglais 1  drapeau allemand 1  drapeau italien 1 
drapeau espagnol drapeau-russie drapeau portugais
drapeau chine drapeau inde arabe
israel

Catégories

23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 01:34

La mère et l'enfant se hâtent dans l'orage déchaîné.
Sous le ciel noir, déversant des trombes d'eau tiède dans le vent tourbillonnant, ils vont, serrés l'un contre l'autre, sur la route interminablement droite.
Pas un arbre, pas d'abri où se réfugier. Les frêles silhouettes qui se détachent sur l'horizon morne s'unissent pour résister aux forces conjuguées des éléments déchaînés.
Dans le grondement du tonnerre et le bruit du vent la mère perçoit cependant la voix de son petit.
- Maman, pourquoi qu'Il fait pleuvoir comme ça le bon Dieu ?
La réponse toute d'inquiétude veut cependant redonner confiance à l'enfant.
- Je ne sais pas, Paul, mais tu peux Lui demander de l'arrêter !
Alors sans douter une seconde de ce que dit sa maman, dressant sa frimousse ruisselante sur laquelle les cheveux sont plaqués, le petit garçon clame vers le ciel :
- Bon Dieu, fais arrêter l'orage, veux-tu ?
Me croirez-vous ? La pluie cesse lentement, le vent peu à peu s'apaise et, roulant dans le lointain, l'orage diminue.
" Ah ! Tu vois ", dis le jeune interlocuteur, sans plus s'étonner.
La femme que le fait saisit ne peut parler, mais à l'eau qui dégoutte des cheveux sur le visage viennent se mêler maintenant les douces larmes de la reconnaissance.

Max Camis, parole d'enfants, 1928

Partager cet article
Repost0

commentaires